Suite à l’article réalisation d’une marqueterie, je vous propose de suivre à présent la réalisation d’une boîte (deux pour être précis, avec les essences interverties) utilisant la technique dite “folding” qui signifie pliage.

.

.

.

0°/ Première étape: modélisation 3d par informatique afin de bien choisir les proportions (rapports entre Longueur, largeur et hauteur), et définir les placements des usinages (rainures, feuillures…)

.

.

.

.

.

.

.

1°/ Après avoir défini les côtes brutes, je fais un découpage grossier des placages et supports (medium (MDF) 10mm d’épaisseur pour les côtés et contreplaqué (CP) 5mm pour les fonds et couvercles).

.

.

.

.

.

2°/ Passons à présent à l’encollage des fonds et couvercles (2a) puis à la mise sous presse (2b).
Une fois le temps de séchage écoulé, il faut nettoyer, c’est à dire enlever les papiers gommés et kraft qui recouvrent le bois (2c). C’est à ce moment que l’on découvre avec satisfaction (ou pas :)) la face visible de la marqueterie.

.

.

.

.

.

.

.

3°/ Pour les côtés des boîtes, j’ai décidé de positionner le fil du bois dans le sens de la hauteur et non de la longueur. La jointure entre les deux essences est découpée à la scie à chantourner afin d’introduire des imperfections qui n’existeraient pas avec une règle et une scie à placage. (j’apprécie les lignes droites pas tout à fait droites, je me confie..)

.

.

.

.

.

.

.

.

.

4°/ Nous voilà prêts pour l’encollage des côtés, suivi du nettoyage.

5°/ Ponçage des placages, application de bouche-pores puis reponçage afin d’obtenir une surface complètement plane (avec éventuellement quelques pores légèrement visibles pour satisfaire mon besoin d’imperfection).

6°/ Finitions: application de gomme laque au tampon.
De manière générale, les finitions (comme leur nom l’indique) se font en dernier mais il me serait alors impossible de vernir l’intérieur de la boîte.

.

.

.

.

.

.

.

7°/ Usinages à la défonceuse:
a/ rainures permettant d’insérer les fonds. J’utilise une fraise droite dont le diamètre correspond à l’épaisseur du fond.
b/ feuillures qui vont permettre de poser les couvercles. (Utilisation de la même fraise).
c/ usinages “folding” avec fraise en V à 90°.

.

.

.

.

.

.

.

.

8°/ Après avoir découpé les fonds aux dimensions finales (8a), on va pouvoir passer au collage des boîtes (8b).

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

9°/ Mise aux dimensions des couvercles.

10°/ Touches finales: finition des chants (peinture acrylique ou placage selon les modèles).
retouches vernis gomme laque suite au léger ponçage des arêtes.

That’s it!

Les photos des boîtes finalisées sont publiées dans l’article Hayate.